Actu SantéSlider

Un quart des parents ne pense pas à faire garder ses enfants après une soirée alcoolisée

Un quart des parents qui boivent de l’alcool lors d’occasions spéciales, et ayant de jeunes enfants à charge, ne pensent pas au lendemain, selon un rapport du C.S. Mott Children’s Hospital National Poll de l’Université du Michigan (États-Unis), basé sur les réponses de 1.170 parents d’enfants âgés de 0 à 9 ans.

La plupart des parents qui ont prévu de boire lors d’une soirée arrosée, désignent celui ou celle qui sera le conducteur ou la conductrice, et qui devra s’occuper des enfants durant la soirée, mais beaucoup moins pensent au lendemain.

C’est une équipe de recherche de l’université du Michigan qui s’est intéressée à ce sujet original et concernant, particulièrement à l’approche des fêtes de fin d’année, en analysant les réponses de 1170 parents qui avaient au moins un enfant entre 0 et 9 ans.

Il est apparu que 8% des parents répondants avaient déjà été dans un tel état d’ébriété qu’ils étaient dans l’incapacité de s’occuper de leurs enfants le lendemain d’une soirée trop alcoolisée.

29% ont également déclaré connaître un adulte qui aurait pu créer une situation dangereuse pour leur enfant en raison de sa consommation d’alcool lors d’une fête spéciale. Ces parents étaient surtout préoccupés par le fait que l’autre adulte avait trop la “gueule de bois” pour surveiller son enfant (61%), pour faire face à une éventuelle urgence (48%) pour conduire avec un enfant à bord (37%). 28% étaient soucieux de savoir si l’adulte devenait violent ou incontrôlable devant l’enfant (28%) ou pouvait le blesser (7%).

73% des parents ont pensé à faire garder leurs enfants pendant la soirée et 68% ont réfléchi à un moyen sûr de rentrer à la maison. 64% ont anticipé au-delà de la soirée puisqu’ils ont également prévu un moyen de garde pour le lendemain

D’après l’étude, ce sont particulièrement les parents qui boivent rarement qui mettent en danger leurs enfants, puisqu’ils ont moins tendance à passer ce genre de soirée et donc de les préparer.

“La quantité d’alcool consommée peut avoir un impact sur le rôle parental le lendemain”, explique Sarah Clark en charge de l’étude. “Un parent qui s’est évanoui sur le canapé ne reconnaîtra pas et ne réagira pas efficacement face aux risques domestiques pour la sécurité des enfants”.

Mots clés

Défi Santé

Une publication du Le Défi Media Group 4B, Rue Labourdonnais, Port-Louis Tél : +230 207 06 66

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer