Actu SantéSlider

Baisse des naissances et augmentation des retraités menacent le coût de la pension

L’État est condamné à augmenter le budget de la pension, compte tenu du nombre de retraités de plus de 65 ans qui pourrait atteindre 20 % de la population en 2025, selon Statistics Mauritius. La baisse des naissances aura un lourd impact sur le nombre de personnes actives.

Selon une étude (Takoor, Petri et Martin), le pourcentage de la population qui aura plus de 60 ans en 2050 sera de 50 %, soit 2 millions, alors qu’en 2013, il n’était que de 13 %. En 2021, le nombre de personnes âgées dans le groupe d’âge de 60-65 ans passera à 78 310. Une étude de UK Essays fait observer qu’au Royaume-Uni, une personne âgée perçoit Rs 5 156 par semaine tandis que le retraité mauricien Rs 5 800 par mois.

D’ici 45 ans, le Fonds monétaire international dans un rapport intitulé Pension Reforms in Mauritius; Fair and Fast Balancing Social Protection and Fiscal Sustainability, estime que le financement des différentes pensions à Maurice atteindra 11 % du Produit intérieur brut et deviendra insoutenable. La pression sur le paiement de la pension non-contributive risque d’être exacerbée.

Une étude de la firme de consultants Verde fait valoir que Maurice sera confronté à une grave crise démographique, car les Mauriciens font moins d’enfants – le taux de fertilité a chuté à 1,48 en 2018, comparé à 5,90 en 1950, et sera de 1,43 en 2020, selon les prévisions de Worldometers.

Selon l’étude, le niveau des revenus est le facteur qui incite les couples mauriciens à avoir un seul enfant et d’en avoir sur le tard, car un revenu minimal dans la fourchette de Rs 30 000 à Rs 51 000 est nécessaire pour agrandir la famille. Dans le budget 2016-2017, la part consacrée au paiement de la pension était de Rs 19,1 milliards, alors que l’enveloppe budgétaire de la sécurité sociale était de Rs 21,2 milliards.

Mots clés

Articles Liés

Close